• Dureté des minéraux - Echelle de Mohs

    Tous les minéraux connus sont aussi classés selon leur dureté, ce depuis très longtemps. En effet durant la Grèce Antique, une méthode était déjà utilisée, la  même que Carl Friedrich Mohs (1773-1839), minéralogiste allemand,  a mis en place en 1812. Cette méthode qui porte son nom est aujourd’hui utilisée dans le monde entier. On utilise 10 minéraux courants pour créer une échelle en fonction de leur dureté. Ladite dureté se réfère à la capacité d’un matériau à résister à l’abrasion ou à la rayure. On utilise donc un minéral pour en rayer un autre. Comme c’est une échelle ordinale, il faut donc procéder par comparaison avec d’autres minéraux soit plus durs ou plus tendres. L’échelon 1 représente les minéraux les plus fragiles ou friables, comme le talc et l’échelon 10 les plus durs comme le diamant.

    Si l’échelle de Mohs est intéressante pour identifier les minéraux, elle n’est pas adaptée pour mesurer avec précision les matériaux industriels car trop imprécise.

    Voici la liste de Mohs, accompagnées d’autres minéraux pour mieux la compléter :

    0.5-0.6 : lithium, sodium, potassium

    1           : talc

    1.5        : graphite

    2           : gypse, calcium

    2.5-3     : jais, or, argent

    3           : calcite, cuivre

    3.5         : serpentine, aragonite

    4            : fluorite, fer

    4.5-5      : apophillite, platine

    5            : apatite, obidienne

    5.5         : opale, turquoise

    6            : orthose, préhnite

    6.5-7      : vésuvianite, jadéite, verre

    7            : quartz, grenat, staurotide

    7.5-8      : émeraude, spinelle

    8            : topaze, dumortiérite

    8.5         : chrysobéryl,

    9            : corindon, saphir, rubis

    10          : diamant 

     

    Sources : Net

    © Les Joyaux de Cybele 2014