• Hypersthène

    Hypersthène

    hyperstène

    Le nom de cette pierre vient du grec hyper (plus) et sthenos (force, puissance, endurance). 

    Le nom hypersthène n’est plus validé par l’IMA (International Mineralogical Association) depuis 1988. Elle fait partie du groupe des pyroxènes qui comprend entre autre l’aegirine, le diopside et la jadéite et se situe entre l’enstatite et la ferrosilite. En effet, l’enstatite ne contient pas de fer et la ferrosillite ne contient pas de magnésium. L’hypersthène, elle, contient ces deux éléments chimiques ce qui fait qu’elle n’est ni l’un ni l’autre des minéraux précités. 

    L’Abbé René Just Haüy (1743-1822), minéralogiste et cristallographe, expliqua en 1801 dans son Traité de Minéralogie, que les seuls échantillons de ce minéral connus et étudiés pendant une assez longue période provenaient du Labrador (située en Amérique septentrionale). Ces spécimens avaient été nommés, dans un premier temps, labradorite hornblende. Haüy écrit qu’Abraham Gottlob Werner (1749-1817), géologue et minéralogiste allemand, étudia ce minéral. Werner, associant la pierre à de l’amphibole, la baptisa alors paulite (paulith) en référence à la petite île Saint-Paul, située sur la côte du Labrador. Lors de ses recherches, Haüy prouva que ce minéral constituait une espèce différente et l’appela alors hypersthène. Par la suite, d’autres échantillons furent découverts en Angleterre et au Groenland.

    Au sud-ouest de la Colombie-Britanique (Canada) s’élève le Mont Cayley. Le peuple squamish, amérindiens autochtones de ce territoires le nomme T'a k 'ta kmu'yin tl'a in7in'a'xe7en (le chiffre 7, qui peut être remplacé par le symbole ʔ, indique un coup de glotte caractéristique de la langue squamish). D’autres montagnes de la région portent également le même nom amérindien. Dans cette langue, cela signifie « lieu d’atterrissage de l’Oiseau-Tonnerre ». L’appellation de ces montagnes fait référence à la légende du Thunderbird, créature mythique des premières nations d’Amérique du Nord. Cet oiseau légendaire possède des forces surnaturelles. Un seul battement d’aile provoque tempête et tonnerre, et il lance des éclairs de ses yeux. Ces montagnes sont considérées comme sacrées et joue un rôle important dans l’histoire de ces peuples.  La forme dentelée de la montagne et sa coloration noire est dit venir de la foudre du Thunderbird. Le Mont Cayley, fait partie de la ceinture volcanique de Garibaldi, aujourd’hui endormie. Le mont Cayley est principalement constitué de roches magmatiques riches en fer, dont entre autre d’hypersthène. La couleur noire de son sommet serait-elle due en partie à l’hypersthène qu’elle contient ? Aucune légende ne l’explique, mais cette idée me séduit bien. 

    Transparent à semi-opaque,  la couleur de l’hypersthène va du brun, gris, vert-brun, vert-noir à noir. Parfois la pierre reflète un astérisme (effet d'étoile ou de croix sur certaines pierres). Des raies lumineuses formant la croix peuvent être au nombre de quatre, six, et rarement douze. De très nombreuses espèces minérales présentent cette particularité. L'astérisme est dû à l'interférence de la lumière avec des inclusions. Les pierres gemmes sont assez rares.

    L’hypersthène est un silicate qui se trouve dans les roches métamorphiques et parfois dans certaines météorites (rocheuses et ferreuses). Les gisements principaux sont au Canada, USA, Australie,  Japon ou encore France (Mont Doré en Auvergne).

    Dureté de Mohs : 5.5 à 6

     

    Purification : Eau, sel ou amas de cristal (druse).

    Rechargement : Lumière solaire ou lunaire.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    Bonne pierre d’ancrage, l’hypersthène dissipe la colère, l’irritabilité et équilibre l’harmonie intérieure.

    Dynamisante, elle réduit l’acidité gastrique, calme les affections du foie et de la vésicule biliaire.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Fer, magnésium, silicium.

    Chakra(s) associé(s) : Plexus Solaire (3ème), 3ème Oeil (6ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

     

    © Les Joyaux de Cybele 2014


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :