• Mes runes

     
    Runes faites avec des galets du lac Léman
    runes
    zoom 
    Certaines pierres peuvent être utilisées à des fins de divination ou encore être portées en guise de talisman.
     

    L’origine des runes est assez mystérieuse et remonte certainement à la nuit des temps. Elles apparaissent déjà vers le IIe siècle après J.-C dans les pays de l’Europe du nord. Il semble toutefois que certains symboles runiques proviennent de civilisations plus méridionales (grecque et étrusque entre autre).

    L’Edda poétique est un ensemble de poèmes mythologiques et épiques, rassemblés dans un vieux manuscrit islandais appelé Codex Regius. Composés entre le VIIIe siècle et le XIIIe siècle, ces poèmes ont été transmis dans un premier temps par une tradition orale pour être enfin retranscrits dans ledit Codex. Un de ces poèmes, Le Rúnatal, (faisant partie de l’Hávamál – qui veut dire "La parole du Haut", se référant à Odin), révèle la vie du monde paysan. Le narrateur de ce poème est le Dieu Odin lui-même. Ce dernier (Père de la création divine et humaine dans la mythologie nordique), avait une soif de connaissances, sans limite.  A la recherche du savoir, il se pendit à l’Yggdrasil. Cet arbre mytique (un frêne) est sacré car les dieux se rendent près de lui tous les jours. Il est le Centre de l’Univers et ses branches s’étendent jusqu’aux cieux. Blessé par une lance, Odin resta dans cet arbre, pendant neuf jours et neuf nuits de jeûne et d’agonie. Fouillant l’Yggdrasil, il trouva des runes au-dessous de lui. Il s’en empara, et les remontant vers lui, elles lui apportèrent presque douloureusement la Connaissance puis il tomba de l’arbre. Son grand-père, Bölborn, lui appris alors neuf incantations et lui offrit de boire le divin hydromel. L’esprit d’Odin se mit à germer, à savoir, à croitre et à prospérer tout en acquérant la sagesse. Des runes, il découvrit leurs interprétations et comment les façonner.

     

    Il existe plusieurs alphabets runiques :

    Le premier est connu sous le nom d’Elder Futhark ou Futhark ancien (ce nom provenant des 6 premières lettres de cet alphabet). Cette version, la plus vieille, comporte 24 lettres réparties en trois groupes. Un nom est attribué à chaque symbole.

     

    Un second, le Futhorc anglo-saxon, apparu plus tard, vers le IVe siècle après J.-C. Il comporte jusqu’à 33 symboles. De nouvelles runes ont été ajoutées à l’alphabet d’origine.

     

    Enfin, le jeune Futhark, nommé aussi runes scandinaves, apparu lui vers le VIIIe siècle, est composé de seulement 16 symboles.

     

    Au cours des siècles, les alphabets runiques ont été peu à peu remplacés par l’écriture latine.

     

    La légende de la magie des runes provient sans aucun doute de ses probables origines mythologiques. Le pouvoir de divination qu’on leur attribue remonterait peut-être aussi déjà à l’époque romaine. Publius Cornelius Tacitus (55-env. 120 après J.-C), historien romain, en a fait référence dans un de ses écrits. Il explique que certains Germains utilisent des sortes de bâtonnets, gravés de symboles, signifiant des idées générales et regroupées en plusieurs catégories.

     

    Sources : Net


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :