• Perles

    Perles

    Les perles ne font pas partie du monde minéral (aucune reconnaissance de l’IMA – International Mineralogical Association) mais je désirais malgré tout faire un article sur elles. En effet, même si les perles ne sont pas des pierres, elles peuvent y être associées et sont malgré tout très appréciées, ce depuis la nuit des temps. Je suis bien sûr consciente que certains thérapeutes rejettent l’utilisation et les vertus des perles car pour eux elles proviennent d’animaux qui ont peut-être souffert pour qu’elles soient créées. A chacun son libre choix de pensées et de pratique, cet article étant avant tout une présentation de ce qu’elles sont et de ce qu’elles peuvent nous apporter malgré tout.

    Les perles sont portées en bijoux depuis des temps très lointains. Elles étaient déjà pêchées dans le Golfe Arabique, notamment près de l’île de Bahreïn il y a environ 7000 ans, des perles ayant été retrouvées dans des sépultures ayant pu être datées de cette époque. Ce sont ces découvertes qui nous permettent aujourd’hui d’établir que les perles étaient utilisés dans une multitude de civilisations du Proche Orient, comme les achéménides, les assyriens, les babyloniens, les sassanides, les séleucides et les sumériens. Un collier sumérien est exposé au musée du Louvre. Il date d'un ou deux siècles avant Jésus-Christ et comporte 3 rangs pour un total de 216 perles. Ce magnifique bijou a été découvert sur le site de Suse (ou Shoushan) dans le sud-ouest de l’Iran. Cette cité fut une des principales villes du royaume élamite puis, du Vème au IVème siècle avant notre ère, cette ville devint la capitale de l’Empire perse achéménide.

    Pline l’Ancien (23- 79 après J.-C.), écrivain et naturaliste romain, rapporta dans le livre IX de son Histoire Naturelle  que la reine d’Egypte Cléopâtre (~69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) possédait les deux plus grosses perles que l’on eut jamais vues. Pour se moquer de son amant Marc Antoine (83 av. J.-C. – 30 av. J.-C.), général et homme politique romain qui festoyait chaque jour de splendides et couteux repas, elle lui paria qu’elle pourrait d’un seul dépenser plus de 410 millions de sesterces. Le lendemain, elle fit servir un repas magnifique mais qui ne valait pas mieux que les festins de Marc Antoine. Il se fit moqueur et Cléopâtre appela alors un second service. Ses serviteurs, dans le secret de leur reine, placèrent devant elle un vase plein de vinaigre, liquide dont la force dissolvante fait fondre les perles. La reine ôta une des deux perles qu’elle portait et la jeta dans le vinaigre, la fit fondre et avala le liquide. Alors qu’elle s’apprêtait à faire de même avec la seconde perle, Lucius Munatius Plancus (87 av. J.-C – 15 av. J.-C.), lieutenant de César et homme politique romain, juge du pari, mis la main sur cette seconde perle au moment où Cléopâtre s’apprêtait à la jeter elle aussi dans le vinaigre en déclarant Marc Antoine vaincu. Mais cette deuxième perle eu malgré tout une destinée non des moindres. Après avoir gagné un aussi grand pari, la reine fit scier la perle en deux pour en réaliser deux pendants d’oreilles pour la statue de Vénus dans le Panthéon, à Rome.

    Les mollusques bivalves d’eau salée  (en particulier les huitres) et d’eau douce de lacs ou de rivières (les moules) peuvent tous deux façonner des perles. Ces dernières sont produites par le coquillage comme défense naturelle contre un corps étranger (grain de sable, écaille de poisson, parasite, etc…). Lorsque le mollusque sera gêné, il sécrètera la matière perlière qui entourera couche par couche le corps étranger afin de se protéger d’une éventuelle infection tout en faisant tourner la perle pour l’arrondir afin de rendre sa présence la plus supportable possible.

    En fonction du mollusque, la matière diffère un peu, tout comme la couleur de la perle. Cette dernière est faite de carbonate de calcium sous forme d’aragonite ou de calcite (qui forme la nacre), de conchyoline (qui est une protéine fibreuse aidant à la construction de la coquille) et d’eau. Les perles peuvent toutefois être entièrement en calcite (elles seront alors d'une couleur orange à rouge), entièrement en aragonite nacrée (elles tireront vers le blanc), ou présenter les deux phases associées.

    Il faut 2 à 3 ans à un coquillage pour faire une perle de taille moyenne, 5 à 6 ans pour les plus grosses. Il est à noter toutefois que les perles en eau salée grandissent plus rapidement.

    La couleur des perles va du blanc nacré au crème voir rose (avec des irisations dans les couleurs de l'arc-en-ciel), gris argent, champagne doré, pêche, jaune, vert, bleu, marron et noir. Il est à noter que les perles noires, provenant de Polynésie, sont les plus chères car les plus rares. La conchyoline, citée plus haut, contient des pigments organiques qui en fonction de l’origine du coquillage lui donnera sa couleur initiale.

    La plupart des perles trouvées dans le commerce sont des perles de cultures qui ont été faites par des coquillages dans des fermes perlières. En ce qui concerne les perles naturelles (ou perles fines), elles sont exclusivement produites par les mollusques sans intervention humaine.

    De nos jours, les perles d’eau salée proviennent majoritairement du Japon et de Chine. D’autres sont encore produites en Polynésie,  le long des côtes d'Australie, d'Indonésie et des Philippines. Concernant les perles d’eau douce, la Chine est le principal producteur.

    Vu le prix des perles naturelles, des perles dites synthétiques inondent le marché. Les fausses perles se fabriquent selon diverses techniques en employant des éléments naturels et chimiques. Les fausses perles les plus connues et les plus fines sont les perles de Majorque. Celles-ci sont fabriquées exclusivement en atelier. Connue dans le monde entier ces fausses perles sont très ressemblantes aux vraies. Au départ, ce sont des perles de cristal qui sont ensuite immergées dans des bains dont le principal ingrédient est fait à base d’écailles de poissons appelée Essence d’Orient. Puis elles sont polies  une fois que le recouvrement est sec. Ce procédé est répété plusieurs fois pour créer la couleur et le lustre souhaités. Pour terminer une couche protective est appliquée et les perles reçoivent des radiations ultraviolettes afin d’empêcher leur décoloration.

    (Petite astuce : Afin de reconnaitrer les perles naturelles et celles synthétiques, faites ce test tout simple. Prenez une perle et frotter la doucement contre le bord d'une dent. Pour les perles naturelles, vous sentirez une légère rugosité, comme du papier de verre, en raison de la texture de la nacre. Pour les imitations vous sentirez qu’elle est lisse comme du verre, car la surface est modelées ou peintes sur une surface lisse.)

    Dureté de Mohs : 3 à 4

     

    Purification : Les perles aimant l’eau, elles apprécieront de passer un peu de temps immergées. Je déconseille fortement le sel.

    Rechargement : Délicates, le soleil les dessécherait. Préférer la lumière lunaire.

    Programmation : Non programmable.

     

    Les perles symbolisent la pureté, l'innocence et la foi. Autrefois elles étaient considérées comme les larmes des dieux. Chez les Grecs elles sont le symbole de l’amour, en Chine elles sont associées à l’immortalité.

    La poudre de perles fait partie de la pharmacopée chinoise. Les premières traces écrites de son emploi date de plus de 2000 ans.

    Les perles sont une aide en cas de maux d’estomac et de problèmes digestifs. Portées en collier elle soulage des maux de tête. Elle agit sur l’hypertension, calme le cœur et apaise les palpitations. Du fait de sa forte teneur en carbonate de calcium, elle aurait des effets sur la décalcification des os. Les chinois la recommandaient particulièrement aux femmes dans le traitement de nombreuses affections féminines ainsi que pour stimuler la libido. Boire de l'eau de perles (élixir) pendant une longue période de temps stabiliserait et équilibrerait la production d'hormones dans le corps.

    Les perles ont un effet calmant et régulateur des émotions. Elles apportent sagesse intérieur,  participent à améliorer les sentiments de bonne volonté et aident à l’acceptation de soi.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Calcium.

    Chakra(s) associé(s) : Sacré (2ème), Plexus Solaire (3ème), Cœur (4ème). 

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2017 Les Joyaux de Cybele

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :