• Galène

    Le nom de ce minéral vient du latin et du grec ancien (galena/galene) qui se traduit par "minerai de plomb". Ce fut Pline l’Ancien (23-79 après J.C.), écrivain et naturaliste romain, qui en fit mention pour la première fois dans son "Naturalis Historia" en nommant galène tous les minéraux contenant du plomb. Cette pierre est reconnue par l’IMA (International Mineralogical Association).

    La galène fut connue de l’Homme depuis probablement le Chalcolitique (période de la protohistoire nommée aussi l’Âge du Cuivre) qui se déroula entre environ 5000 et 3000 ans avant notre ère. Elle est le principal minerai de plomb et d’argent sur Terre et fut utilisée comme minerai de plomb déjà durant l’Antiquité. Des foyers (ou fonderies) de plomb primitif datant de cette période ont été découverts dans de nombreux endroits du monde. La fusion de la galène pure étant une opération simple, de tels endroits se situaient partout où le minerai était trouvé. Les Babyloniens façonnaient des vases, les Egyptiens la réduisaient en poudre à des fins cosmétiques pour le khôl (maquillage des yeux) ou dans les glaçures sur leurs poteries et les Romains en faisaient des conduites pour l’eau. Plus tard, elle fut aussi utilisée par les Incas ou par certains peuples amérindiens de l'Amérique du Nord.

    La galène est un sulfure de plomb mais l’argent peut partiellement remplacer cet élément. Lorsque la galène atteint une teneur de 1%, elle est alors exploitée comme minerai d’argent.

    C’est en 1874 que Karl Ferdinand Braun (1850-1918), physicien allemand, remarque que la galène, dans certaines conditions, ne conduit pas toujours l’électricité de la même manière et possède donc des propriétés semi-conductrices. Il poussa ses recherches et il découvrira en 1906  la diode à pointe (pointe métallique joint à un cristal de galène). Cette découverte permis de concevoir le récepteur radio appelé le récepteur (poste) à galène. En 1909, il reçut conjointement avec Guglielmo Marconi (1874-1937), physicien, inventeur et homme d'affaires italien, le prix Nobel de physique en reconnaissance de leurs contributions au développement de la télégraphie sans fil.

    Opaque, sa couleur va du gris plomb au gris argenté, parfois bleuté. Ses gisements sont assez courants. Les principaux se trouvent en Autriche, Belgique, Espagne, France, Allemagne, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Grande-Bretagne, Canada, USA, Mexique, Pérou, Australie, et Afrique du Sud.

    Contenant parfois de l’argent, il est le principal minerai de plomb. De ce fait, par sécurité, il est préférable de se laver les mains après manipulation du fait de sa toxicité qui pourrait provoquer le saturnisme, une maladie grave.

    Dureté de Mohs : 2.5

     

    Purification : Surtout pas d’eau. Sel, encens ou bol chantant.

    Rechargement : Lune, soleil et amas de cristal.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés

     

    Mise en garde : ce minéral contient du plomb, il est donc impératif de la manipuler avec quelques précautions. Evitez de la poser à même la peau en l’emballant dans une pochette par exemple et/ou surtout se laver les mains après utilisation. Ne jamais boire d’élixir préparé avec ce minéral !

    La galène stimule la circulation sanguine et apporte un soulagement aux inflammations articulaires ou cutanées. Elle apporte également son soutien lors d’une détoxication.  Cette pierre aide encore à l’assimilation de certains éléments bénéfiques pour les cheveux.

    Pierre d’ancrage, la galène encourage la compassion, l'amour, la tolérance et la paix à mesure que l'on apprend à accepter les aspects de soi qui nous ont longtemps fait peur. L’énergie de cette pierre étant assez « forte », il est conseillé de l’utiliser durant des moments assez courts

     

    Macro/oligo-élément(s) : Aucune indication du fait de sa toxicité.
     

    Chakra(s) associé(s) : Base (1er), Gorge (5ème) et 3ème Œil (6ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2018 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire
  • Purpurite

    Le nom de cette pierre vient du latin purpura qui veut dire pourpre. Ce nom est reconnu par l’IMA (International Mineralogical Association). Ce minéral a été découvert en 1905 et nommée ainsi du fait de sa couleur très particulière et frappante par  Louis Caryl Graton (1880-1970), géologue et chimiste américain et Waldemar Theodore Schaller (1882-1967), minéralogiste américain.

    La purpurite, qui est relativement rare, n’a pas une longue histoire puisqu’elle n’a été découverte il y a juste un peu plus de 100 ans. Je n’ai trouvé aucune légende qui y est rattachée.

    Opaque, sa couleur va du rose à rouge, rougeâtre, pourpre, violette, sa chatoyance est satinée. Sa teinte peut parfois être irisée et/ou avoir un phénomène de pléochroïsme (qui se manifeste par un changement de couleur en fonction de l’angle de vue).  Elle devient brune à noire après altération. Cette altération étant une réaction d’oxydation du manganèse que la pierre contient. En effet, c’est le manganèse qui donne sa couleur si particulière à la purpurite, tout comme il donne également le rose du quartz rose

    Le gisement principal se situe en Namibie mais ce minéral se trouve également aux Etats-Unis, Australie, Afrique du Sud, à Madagascar, France et Portugal.

    La purpurite est principalement utilisée en bijouterie, taillée en cabochons.

    Dureté de Mohs : 4 – 4.5 (la purpurite est relativement fragile)

     

    Purification : Pas d’eau, sel ou autres purifications plus douces.

    Rechargement : Lumière lunaire.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    La purpurite est une alliée de la circulation sanguine, stabilisant le pouls et agissant sur les ecchymoses et les plaies superficielles. Elle aide à la purification du sang en contrôlant l’acide urique.

    Cette pierre est hautement spirituelle, apaisante et renforçant l’intuition. Elle supprime les blocages et les habitudes autodestructrices qui limitent notre croissance personnelle en encourageant la confiance et la foi dans nos capacités.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Manganèse, Fer

    Chakra(s) associé(s) : 3ème Œil (6ème), Couronne (7ème)

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2017 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire
  • Perles

    Les perles ne font pas partie du monde minéral (aucune reconnaissance de l’IMA – International Mineralogical Association) mais je désirais malgré tout faire un article sur elles. En effet, même si les perles ne sont pas des pierres, elles peuvent y être associées et sont malgré tout très appréciées, ce depuis la nuit des temps. Je suis bien sûr consciente que certains thérapeutes rejettent l’utilisation et les vertus des perles car pour eux elles proviennent d’animaux qui ont peut-être souffert pour qu’elles soient créées. A chacun son libre choix de pensées et de pratique, cet article étant avant tout une présentation de ce qu’elles sont et de ce qu’elles peuvent nous apporter malgré tout.

    Les perles sont portées en bijoux depuis des temps très lointains. Elles étaient déjà pêchées dans le Golfe Arabique, notamment près de l’île de Bahreïn il y a environ 7000 ans, des perles ayant été retrouvées dans des sépultures ayant pu être datées de cette époque. Ce sont ces découvertes qui nous permettent aujourd’hui d’établir que les perles étaient utilisés dans une multitude de civilisations du Proche Orient, comme les achéménides, les assyriens, les babyloniens, les sassanides, les séleucides et les sumériens. Un collier sumérien est exposé au musée du Louvre. Il date d'un ou deux siècles avant Jésus-Christ et comporte 3 rangs pour un total de 216 perles. Ce magnifique bijou a été découvert sur le site de Suse (ou Shoushan) dans le sud-ouest de l’Iran. Cette cité fut une des principales villes du royaume élamite puis, du Vème au IVème siècle avant notre ère, cette ville devint la capitale de l’Empire perse achéménide.

    Pline l’Ancien (23- 79 après J.-C.), écrivain et naturaliste romain, rapporta dans le livre IX de son Histoire Naturelle  que la reine d’Egypte Cléopâtre (~69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) possédait les deux plus grosses perles que l’on eut jamais vues. Pour se moquer de son amant Marc Antoine (83 av. J.-C. – 30 av. J.-C.), général et homme politique romain qui festoyait chaque jour de splendides et couteux repas, elle lui paria qu’elle pourrait d’un seul dépenser plus de 410 millions de sesterces. Le lendemain, elle fit servir un repas magnifique mais qui ne valait pas mieux que les festins de Marc Antoine. Il se fit moqueur et Cléopâtre appela alors un second service. Ses serviteurs, dans le secret de leur reine, placèrent devant elle un vase plein de vinaigre, liquide dont la force dissolvante fait fondre les perles. La reine ôta une des deux perles qu’elle portait et la jeta dans le vinaigre, la fit fondre et avala le liquide. Alors qu’elle s’apprêtait à faire de même avec la seconde perle, Lucius Munatius Plancus (87 av. J.-C – 15 av. J.-C.), lieutenant de César et homme politique romain, juge du pari, mis la main sur cette seconde perle au moment où Cléopâtre s’apprêtait à la jeter elle aussi dans le vinaigre en déclarant Marc Antoine vaincu. Mais cette deuxième perle eu malgré tout une destinée non des moindres. Après avoir gagné un aussi grand pari, la reine fit scier la perle en deux pour en réaliser deux pendants d’oreilles pour la statue de Vénus dans le Panthéon, à Rome.

    Les mollusques bivalves d’eau salée  (en particulier les huitres) et d’eau douce de lacs ou de rivières (les moules) peuvent tous deux façonner des perles. Ces dernières sont produites par le coquillage comme défense naturelle contre un corps étranger (grain de sable, écaille de poisson, parasite, etc…). Lorsque le mollusque sera gêné, il sécrètera la matière perlière qui entourera couche par couche le corps étranger afin de se protéger d’une éventuelle infection tout en faisant tourner la perle pour l’arrondir afin de rendre sa présence la plus supportable possible.

    En fonction du mollusque, la matière diffère un peu, tout comme la couleur de la perle. Cette dernière est faite de carbonate de calcium sous forme d’aragonite ou de calcite (qui forme la nacre), de conchyoline (qui est une protéine fibreuse aidant à la construction de la coquille) et d’eau. Les perles peuvent toutefois être entièrement en calcite (elles seront alors d'une couleur orange à rouge), entièrement en aragonite nacrée (elles tireront vers le blanc), ou présenter les deux phases associées.

    Il faut 2 à 3 ans à un coquillage pour faire une perle de taille moyenne, 5 à 6 ans pour les plus grosses. Il est à noter toutefois que les perles en eau salée grandissent plus rapidement.

    La couleur des perles va du blanc nacré au crème voir rose (avec des irisations dans les couleurs de l'arc-en-ciel), gris argent, champagne doré, pêche, jaune, vert, bleu, marron et noir. Il est à noter que les perles noires, provenant de Polynésie, sont les plus chères car les plus rares. La conchyoline, citée plus haut, contient des pigments organiques qui en fonction de l’origine du coquillage lui donnera sa couleur initiale.

    La plupart des perles trouvées dans le commerce sont des perles de cultures qui ont été faites par des coquillages dans des fermes perlières. En ce qui concerne les perles naturelles (ou perles fines), elles sont exclusivement produites par les mollusques sans intervention humaine.

    De nos jours, les perles d’eau salée proviennent majoritairement du Japon et de Chine. D’autres sont encore produites en Polynésie,  le long des côtes d'Australie, d'Indonésie et des Philippines. Concernant les perles d’eau douce, la Chine est le principal producteur.

    Vu le prix des perles naturelles, des perles dites synthétiques inondent le marché. Les fausses perles se fabriquent selon diverses techniques en employant des éléments naturels et chimiques. Les fausses perles les plus connues et les plus fines sont les perles de Majorque. Celles-ci sont fabriquées exclusivement en atelier. Connue dans le monde entier ces fausses perles sont très ressemblantes aux vraies. Au départ, ce sont des perles de cristal qui sont ensuite immergées dans des bains dont le principal ingrédient est fait à base d’écailles de poissons appelée Essence d’Orient. Puis elles sont polies  une fois que le recouvrement est sec. Ce procédé est répété plusieurs fois pour créer la couleur et le lustre souhaités. Pour terminer une couche protective est appliquée et les perles reçoivent des radiations ultraviolettes afin d’empêcher leur décoloration.

    (Petite astuce : Afin de reconnaitrer les perles naturelles et celles synthétiques, faites ce test tout simple. Prenez une perle et frotter la doucement contre le bord d'une dent. Pour les perles naturelles, vous sentirez une légère rugosité, comme du papier de verre, en raison de la texture de la nacre. Pour les imitations vous sentirez qu’elle est lisse comme du verre, car la surface est modelées ou peintes sur une surface lisse.)

    Dureté de Mohs : 3 à 4

     

    Purification : Les perles aimant l’eau, elles apprécieront de passer un peu de temps immergées. Je déconseille fortement le sel.

    Rechargement : Délicates, le soleil les dessécherait. Préférer la lumière lunaire.

    Programmation : Non programmable.

     

    Les perles symbolisent la pureté, l'innocence et la foi. Autrefois elles étaient considérées comme les larmes des dieux. Chez les Grecs elles sont le symbole de l’amour, en Chine elles sont associées à l’immortalité.

    La poudre de perles fait partie de la pharmacopée chinoise. Les premières traces écrites de son emploi date de plus de 2000 ans.

    Les perles sont une aide en cas de maux d’estomac et de problèmes digestifs. Portées en collier elle soulage des maux de tête. Elle agit sur l’hypertension, calme le cœur et apaise les palpitations. Du fait de sa forte teneur en carbonate de calcium, elle aurait des effets sur la décalcification des os. Les chinois la recommandaient particulièrement aux femmes dans le traitement de nombreuses affections féminines ainsi que pour stimuler la libido. Boire de l'eau de perles (élixir) pendant une longue période de temps stabiliserait et équilibrerait la production d'hormones dans le corps.

    Les perles ont un effet calmant et régulateur des émotions. Elles apportent sagesse intérieur,  participent à améliorer les sentiments de bonne volonté et aident à l’acceptation de soi.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Calcium.

    Chakra(s) associé(s) : Sacré (2ème), Plexus Solaire (3ème), Cœur (4ème). 

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2017 Les Joyaux de Cybele

     

     


    votre commentaire
  • Spinelle

    Le nom Spinelle vient du latin spina  ou spinella voulant dire « petite épine » en référence à ses cristaux octaédriques tranchants et pointus et aux arêtes très nettes. Ce nom est reconnu par l’IMA (International Mineralogical Association).  La première description a été faite  en 1546 par Georg Bauer, dit Georgius Agricola (1494 – 1555), médecin et expert en minéralogie allemand mais son nom lui a été donné en 1779 par Jean Demeste (1743-1783), physicien, chimiste et cristallographe belge.

    Ce minéral était probablement connu depuis l’Antiquité car le spinelle a longtemps été confondu avec le rubis et le saphir. En effet, toutes les pierres gemmes de couleurs rouge étaient appelées rubis. Il n’y a donc aucune légende ou histoire associée. Toutefois cette pierre a largement été utilisée dans la joaillerie « royale ». Le « rubis du Prince noir » et le « Timur ruby », tous deux des spinelles rouges,  font partie des bijoux de la couronne d’Angleterre. Le trésor impérial russe possède également des très beaux spinelles, donc un spécimen d’un peu plus de 398 carats ornant la grande couronne impériale créée pour le couronnement de l’Impératrice Catherine II de Russie. Le plus grand spinelle jamais connu est le « Spinelle de Samarie ». Selon la légende, cette pierre aurait orné le Veau d’or mentionné dans le livre biblique l’Exode. Ce spinelle, pesant plus de 500 carats fait partie des joyaux de la couronne d’Iran.

    En minéralogie, le spinelle est un minéral faisant partie d’un groupe de minéraux portant le même nom. Les autres membres de ce groupe sont entre autre la gahnite, la galaxite, l’hercynite et la magnésiochromite. En comparaison du rubis qui est un oxyde d’aluminium, le spinelle, lui, est un oxyde d’aluminium et de magnésium.

    Opaque à translucide, la couleur du spinelle va du vert au bleu (le bleu provenant du cobalt qu’il contient), incolore, jaune à orange, parfois mais rarement brun, noir (la couleur la plus courante provenant du fer), pourpre, du violet au rose. Mais sa couleur la plus connue est le rouge (provenant du chrome et du fer qu’il contient). Le spinelle peut être astérié/étoilé (à 6 branches). Une variété bleu/gris possède un « effet alexandrite » provoquant un changement de sa couleur en pourpre clair sous une lumière artificielle.

    Les gisements principaux se trouvent à Madagascar, en Tanzanie, au Nigéria, en Turquie, Afghanistan, au Tadjikistan, Sri Lanka, Cambodge, Myanmar, en Thaïlande, aux USA, Brésil et en Australie.

    Attention aux spinelles synthétiques, très ressemblantes aux vraies.

    Dureté de Mohs : 8

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Soleil, lune et druse de cristal

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    Le spinelle, quelle que soit sa couleur est une pierre d’une forte puissance, protectrice, régénérante, apaisante et augmentant la possibilité d’auto-guérison. Son énergie réalignerait les chakras.

    En fonction de sa couleur, le spinelle a des propriétés spécifiques.

    Noir : Le spinelle noir a les propriétés de la tourmaline noire, en plus intense. Il nettoie, rééquilibre  et renvoie toutes les énergies négatives d’où elles proviennent jusque dans les ténèbres. Pierre d’ancrage, elle nous connecte profondément à la Terre Mère. Le spinelle noir apporte confiance en soi, structure la pensée et nous rend capable d’aller au bout de nos projets ou de nos désirs. Chakra(s) associé(s) : Racine/Base (1er)

     

    Rouge : Les propriétés du spinelle rouge s’apparentent à celles du rubis, en plus fort. Il est parfait pour augmenter la vitalité et la confiance, aide à traverser les moments de paniques.  Attention, déconseillé aux personnes hypertendues et aux colériques. Chakra(s) associé(s) : Racine/Base (1er)

     

    Bleu / Gris : Les propriétés de cette couleur sont celles du saphir, en plus puissant. Le spinelle bleu ou gris sont associés à la gorge, ils régulent entre autre la glande thyroïde. Il nous permet également à nous exprimer clairement et développe la communication en améliorant les relations. Chakra(s) associé(s) : Gorge (5ème)

     

    Vert : Connecté au cœur, le spinelle vert stimule l’amour inconditionnel, la gentillesse, la compassion et le pardon pour les autres et pour soi-même. Il accompagne le plan émotionnel en libérant du ressentiment et de la colère et apporte la sagesse. Chakra(s) associé(s) : Cœur (4ème)

     

    Rose : Le spinelle rose est comme le rouge, mais plus léger. Il soulage de la fatigue et accompagne les malades chroniques. Il favorise les bonnes relations entre amis ou dans les couples. Chakra(s) associé(s) : Cœur (4ème)

     

    Violet / Mauve : Le spinelle violet favorise la spiritualité et encourage à la bonté, l’altruisme. Il structure la pensée et facilite les prises de conscience. Compagnon parfait pour la méditation. Chakra(s) associé(s) : Couronne (7ème)

     

    Jaune : Le spinelle jaune aide à manifester l’abondance à tous les niveaux. Chakra(s) associé(s) : Plexus solaire (3ème)

     

    Orange / Pêche : Le spinelle orange inspire l’optimisme, stimule la créativité, l’intuition et la sexualité. Chakra(s) associé(s) : Racine/Base (1er)

     

    Incolore : Ce spinelle dynamise tous les chakras et soutient l’élévation spirituelle. Chakra(s) associé(s) : Tous)

     

    Macro/oligo-élément(s) : Aluminium, Magnésium.

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2017 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire
  • Verre libyen/libyque – impactite 

    Verre libyen

    Ce minéral n’est pas une pierre à proprement parlé, il n’est d’ailleurs pas reconnu par l’IMA (International Mineralogical Association). La communauté scientifique est encore divisée quant à l’origine exacte de ce minéral qui serait vieux de plus de 28 millions d’années. Certains le classant comme une impactite et d’autres comme étant un verre créé par les radiations d’une explosions de type atomique qui se serait produite lors de la désintégration d’une comète entrant dans notre atmosphère. L’impactite elle, est une roche terrestre  qui a été modifiée lors de l’impact d’une météorite ou d’un fragment de comète sur notre planète. Ce qui différencie les tectites des impactites c’est que ces dernières, après l’impact de l’objet céleste, sont remontées nettement moins haut dans notre atmosphère. L’autre théorie (désintégration d’une comète) suggère que le sable du désert aurait été transformé en verre sous l’effet des radiations thermiques de son explosion car aucune trace d’impact/cratère n’a jamais été découverte. En effet, selon le chercheur américain John T. Wasson, professeur à l'université de Californie à Los Angeles «  l’effet de souffle dû à l’explosion et l’onde de chaleur qui s’en est suivie aurait vitrifié le sol à une température de 2000°C ». Il est vrai tout de même qu’en 2006 le cratère de Kebira, ayant un diamètre de 31 km, a été découvert en Egypte par le centre pour la Télédétection de l’Université de Boston. Ce cratère semblerait coïncider avec la formation du verre libyen dans le désert mais des recherches doivent encore être entreprises afin de valider cette hypothèse.

    C’est en décembre 1932 que Patrick Clayton (1886-1962), arpenteur-géomètre et soldat britannique, découvrit ce minéral. Clayton répertoriait alors la région des longues dunes, au sud de la Grande Mer de Sable du désert libyque qui s’étend entre l’ouest de l’Egypte et l’est de la Libye. Il découvrit parmi les roches noires du désert, des fragments de verre d’une teinte vert-jaune. C’est donc la région d’origine de ce minéral qui lui a donné son nom.

    Le verre libyen était malgré tout connu de l’homme depuis la nuit des temps. Des outils préhistoriques datant du Néolithique (9000 ans avant J.C. à 3300 avant J.C.) taillés dans du verre libyen ont été découverts. Durant l’Egypte Antique le minéral était également utilisé. En effet, le pectoral du pharaon Toutankhamon comporte un scarabée sculpté dans ce magnifique minéral.

    Translucide à transparent, la couleur du verre libyen va de l’incolore,  jaune clair à jaune foncé, jaune verdâtre. Les pièces transparentes et façonnées pas le vent sont les plus rares. Il est possible d’apercevoir de petites bulles en inclusions. Le composant principal du verre libyen est la silice quasi pure (98%). Dans ce cas, lorsque la silice est totalement pure, le minéral se nomme alors  lechatelierite.

    L’unique gisement de verre libyen se trouve dans la région de la Grand Mer de Sable, entre l’Egypte et la Libye. Les morceaux se trouvent posés à même le sable, ou légèrement enfouis, ou encore totalement enterrés.

    Dureté de Mohs : 6.5 – 7

     

    Purification : Eau, sel

    Rechargement : Soleil, lune, druse de cristal.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    L’énergie de ce minéral est très puissante. Très stimulante, elle aide principalement à booster le système immunitaire et améliore les troubles de l’estomac et du transit.

    Excellente pierre de protection elle repousse les énergies négatives.  Elle stimule la créativité et les capacités mentales.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Silicium.

    Chakra(s) associé(s) : Plexus Solaire (3ème), 3ème Œil (6ème)

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © 2017 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires