• Chacun de mes articles est rédigé d'après mes connaissances personnelles acquises lors de mon usage privé de mes pierres et apprises durant mes formations en lithothérapie. J'ai suivi les enseignements d'Alida Noordegraaf (Centre Topaze à Genève), élève de Jean-Michel Garnier, ainsi que ceux de Jorge Mozo, lithothérapeute, conférencier, enseignant et spécialisé en oncopédiatrie à Sao Paulo/Brésil.

    Mes principales références en livres sont ceux de Jean-Michel Garnier, Reynald Georges Boschiero et le Guide des minéraux et des roches de Walter Schumann.

    Concernant les sites internet que je consulte régulièrement, il s'agit de Mindat.org, ClassicGems.net, Gemmology.ch, Shimmerlings.com, Healing-crystals-for-you.com.

    De plus, en fonction de la pierre que j'étudie, internet regorge d'infos et de renseignements sur tout un nombre de sites que je ne pourrais pas énumérer tant il y en a, en tout genre et dans toutes les langues. Mais il faut toutefois rester vigilant car on y lit aussi tout et n'importe quoi. Durant mes recherches, je privilégie donc les recoupements que je peux faire et qui confirment ce que j'ai pu apprendre dans les cours que j'ai pu suivre, de mon utilisation des pierres ou de ce que j'ai pu découvrir dans mes diverses lectures.


    votre commentaire
  • Ulexite

    Ulexite

    Découvert en 1840, le nom de ce minéral fait référence à George Ludwig Ulex (1811-1883), chimiste allemand qui en fit la première analyse en 1850. Les échantillons étudiés provenaient de la province d’Iquique, au nord du Chili. La pierre fut nommée ainsi par James Dwight Dana (1813-1895), minéralogiste et zoologiste américain, nom reconnu par l’IMA (International Mineralogical Association).

    L’ulexite est également connue sous le nom de pierre TV ou pierre télévision. En effet sa structure cristalline est très particulière et complexe. Elle est formée de cristaux fibreux soyeux. Ces sortes de fibres, transparentes sur toute leur longueur, sont tassées les unes contre les autres de sorte qu’elles agissent comme un ensemble de fibres de verre parallèles. Ces fibres, opérant comme des fibres optiques, transmettant la lumière par réflexion interne, le long de leurs axes. Lorsqu’elles sont correctement coupées, perpendiculairement aux fibres, et polies, les ulexites de qualité gemme révèlent une image à la surface du minéral, de ce qui se trouve sous la pierre.

    L'ulexite appartient au groupe peu courant des borates. La howlite et la calcite font également parties de ce groupe.  La particularité de l’ulexite est qu’elle ne peut se former que dans une seule condition géologique spécifique, dans les régions désertiques et arides où se produit l’évaporation de l'eau de lacs intermittents appelés playas. Les playas se forment seulement pendant les saisons pluvieuses en raison du ruissellement des montagnes voisines. Ce ruissellement est riche en élément bore et est fortement concentré par évaporation dans ce climat aride. Finalement, la concentration est si grande que des cristaux d'ulexite, de borax et d'autres minéraux de bore se forment et s'accumulent en une grande épaisseur.

    Généralement transparente à translucide, la couleur de la pierre va du transparent au blanc, voir légèrement grise, avec un lustre soyeux lorsqu’elle est polie. L’ulexite étant vraiment très fibreuse, en bijouterie elles sont  généralement  façonnées en cabochons pour maximiser cette chatoyance de la pierre qui donne l’aspect "œil de chat". 

    Les gisements principaux se trouvent en Allemagne, Turquie, Chine, Canada, aux Etats-Unis, Chili et Argentine.

    Dureté de Mohs : 2 à 2.5

     

    Purification : Surtout pas d’eau ! Déposez la pierre sur du sel ou passez là dans la fumée d‘encens  (oliban ou benjoin) ou encore posez-la dans une coquille Saint-Jacques.

    Rechargement : Lumière solaire, lunaire, druse de cristal.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    L’ulexite apporte un soulagement en cas de maux de tête et aide à surmonter la fatigue oculaire, renforçant et équilibrant la vision. Cette pierre contribue à surmonter les difficultés du système nerveux (névralgies) et régule la fonction cardiaque. Riche en calcium elle est également bénéfique pour tout le système osseux.

    L’ulexite stimule et augmente la créativité, nous permettant aussi de prendre des décisions éclairées. Ce minéral harmonise notre comportement par rapport à nos pensées en nous permettant de faire la part des choses d’événements douloureusement vécues et d’ainsi positiver. Excellente pierre pour la méditation et la relaxation, l’ulexite permet d’ouvrir notre œil spirituel intérieur, activant l’intuition et la visualisation et nous permettant encore de nous souvenir de nos rêves

     

    Macro/oligo-élément(s) : Sodium, calcium,

    Chakra(s) associé(s) : Cœur (4ème), 3ème Œil (6ème).

    Ulexite

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Mes Sources 

    © 2018 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire
  • Voir Ammonite


    votre commentaire
  • Ammonite - Ammolite

    Ammonite

    Ce minéral n’en est pas véritablement un, puisqu’il s’agit d’un fossile, et donc n’est pas reconnu par l’IMA (International Mineralogical Association). Ammonite et ammolite proviennent du latin « ammonis cornua » que donna à cette pierre Pline l’Ancien (23-79 après J.C.), écrivain et naturaliste romain, et qui se traduit par « cornes d’Ammon ». Cette divinité de l’Egypte ancienne était souvent représentée par un bélier et la forme en spirale du fossile ressemblant justement aux cornes de cet animal.  Dans son  « Naturalis Historia », Pline l’Ancien dit de l’ammolite, qu’elle « est une gemme les plus révérées de l’Ethiopie ; de couleur or, représentant une corne de bélier, on assure qu’elle procure des rêves prophétiques ».

    Les ammonites sont d’anciens mollusques à coquillage préhistoriques marins ressemblant à des calamars. Ils ont vécu dans toutes les mers de notre planète durant  deux ères géologiques, le Dévonien, qui est une période du Paléozïque, jusqu’à la fin du Crétacé qui est la dernière période du Mésozoïque. Afin de situer cette époque dans notre histoire je précise que le Crétacé s’est terminé il y a maintenant environ 66 millions d’années. Ces mollusques ont donc prospéré et évolué pendant plus 300 millions d’années sur Terre avant de disparaître en même temps que les dinosaures. Et aujourd’hui nous retrouvons donc leurs fossiles un peu partout sur Terre. En ce qui concerne les ammolites, celles-ci ont été « opalisées » par le temps, cette « iridescence » s’étant formée par des minéraux remplissant les roches sédimentaires, les veines des roches et en l’occurrence les cavités du coquillage qui accueillait l’animal qui l’occupait. Les ammolites se trouvent principalement dans une partie du monde, là où se situaient une mer préhistorique située géographiquement au centre des Etats-Unis et Canada. Celle-ci coupait en deux, du nord au sud, le continent nord-américain que nous connaissons aujourd’hui. Lorsque cette mer s'est retirée, les ammonites ont été ensevelies sous des couches de sédiments préservant ainsi leurs coquilles qui sont naturellement constituées d’aragonite (qui est le principal composant de la nacre). Les sédiments particuliers à cette région ont empêché ainsi l’aragonite de se transformer. Dans les autres régions de notre planète la plupart des coquillages fossilisés (appelées ammonites) ont vu leur aragonite se changer par pseudomorphisme en silice, calcite ou pyrite.

    Durant le Moyen Age, une croyance populaire anglaise raconte les exploits de Sainte Hilda de Whitby (614-618 ap.J.-C.) qui vivait dans le Yorkshire, région situé au centre est du Royaume-Uni, sur la côte de la mer du Nord Il est dit de cette abbesse, alors que la région où elle se trouvait était envahie de serpents, les transforma en pierres. Cela expliquait la présence de nombreux fossiles d’ammonites que l’on pouvait trouver sur le bord de mer. Pour accréditer la légende, des artisans ramassaient les fossiles et y sculptaient des têtes de serpents, les vendant ainsi aux pèlerins comme preuves du miracle.

    Une autre légende existe encore aujourd’hui dans l’Himalaya, dans le nord de l’Inde et au Népal, le long des vallées de la rivière Gandaki. Dans cette région, des ammonites de couleur noire sont appelées « shaligrama » ou « shalirama silas », ce qui veut dire « pierre de Vishnu ». La légende raconte que les fossiles  représentent symboliquement le Seigneur Vishnu. Ce dieu hindou, trompa sa plus grande dévote Vrindha, épouse de Jalandhara. Ce dernier, ennemi de Shiva, devait se battre avec ce dieu pour lui prouver sa grande force. Jalandhara puisait une partie de sa puissance dans l’amour de sa femme. Afin d’aider Shiva, Vishnu pris l’apparence de Jalandhara alors qu’elle priait pour son époux lors du combat. Il se présenta à Vrindha qui cessa de prier car pensant se trouver en présence de son époux revenu en vie de la bataille. Shiva en profita alors pour tuer le vrai Jalandhara affaibli et Vrindha s’aperçu de la supercherie en sentant son mari perdre la vie. Elle maudit Vishnu et demanda que ce dieu se transforme en pierre avant qu’elle-même, le cœur brisé mourru à son tour de tristesse. Vishnu, malheureux d’avoir perdu sa plus grande dévote accepta la malédiction. Et depuis, il est dit que l’esprit du Seigneur Vishnu a été capturé dans les ammonites que l’on trouve dans la rivière Gandaki. Selon les textes sanskrit, la personne qui possède une telle pierre et la garde chez elle sera protégée et deviendra libre de tout pêché.

    Naturellement comme l’ammolite est très présente aux Etats-Unis, la pierre était connue des amérindiens, particulièrement des Niitsitapi (Confédération des Pieds-Noirs). Nommée Iniskim (voulant dire pierre de buffle) elle était particulièrement utilisée lors de rituels sacrés précédant la chasse au bison ainsi que dans des buts thérapeutiques. 

    Opaque, la couleur de l’ammonite fossilisée va du blanc au jaune, brun, vert au noir. Concernant l’ammolite, également opaque sa couleur possède tout le spectre, jaune, orange, rouge, violet, bleu, indigo et vert. Le rouge et le vert sont les couleurs les plus courantes. Elle possède de plus une iridescence ressemblant à l’opale.

    La composition est principalement de calcite, de la pyrite, de la silice et de l’aragonite (cette dernière principalement pour l’ammolite). Les ammonites sont très courantes sur toute la planète et les gisements principaux d’ammolites se trouvent aux USA, Canada, Suisse et Madagascar.

    La taille d’une ammonite peut varier de quelques millimètres à plus de deux mètres de diamètre.

    Dureté de Mohs : 3.5 à 4

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Lumière solaire ou lunaire, amas de cristal.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    Ces pierres aident  augmenter la vitalité, l’endurance et régule le métabolisme. 

    Pierre d’ancrage elle est idéale pour les personnes ayant besoin de structure et stabilité. Venu du fond des âges, elles sont de magnifiques compagnons pour passer de l’ancien au nouveau, pour nous aider dans notre quête de transition, de transformation, de croissance personnelle, ceci en nous aidant à comprendre le processus de changement. C’est encore une pierre intéressante pour la méditation ou durant le sommeil. 

    Pour terminer, l’aspect de ce magnifique minéral apporte encore un élément pour un travail intérieur. La forme du coquillage rappelle la géométrie sacrée de la spirale, cette spirale symbole du mouvement perpétuel, sans cesse en action et que rien n’arrête, à l’infini. Cette symbolique représentation du souffle de Vie, cette vibration créatrice de l’Univers nous pousse vers cette évolution, cette élévation. 

     

    Macro/oligo-élément(s) : Les ammonite/ammolite sont des fossiles, aucun intérêt du point de vue de l'oligo-thérapie

    Chakra(s) associé(s) : Racine/Base (1er), Sacré (2ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Mes Sources

    © 2018 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire
  • Péridot -  Olivine – Chrysolite

    Péridot

    Il est à noter qu’on parle de péridot principalement en joaillerie et en minéralogie on utilisera plutôt l’appellation olivine. En ce qui concerne le mot chrysolite, celui-ci est tombé en désuétude. Ces 3 noms ne sont pas reconnus par l’IMA (International Mineralogical Association). En effet, la pierre qui nous intéresse est composée de 2 minéraux, la forstérite et la fayalite. Ce sont ces 2 noms qui sont reconnus par l’IMA et qui font parties du groupe des olivines. Ce groupe est composé en plus d’autres minéraux dont la calcio-olivine, la larnite, la liebenbergite, la monticellite et la téphroïte.

    L’origine du nom de cette pierre est un peu particulière, elle a porté différents appellation de l’Antiquité jusqu’à ce jour. En effet, probablement connue de l’Homme depuis toujours, les Égyptiens nommaient le péridot "la pierre précieuse du soleil". Les légendes racontent que c'était une des pierres précieuses préférées de la Reine Cléopâtre (~69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) et les historiens pensent désormais que beaucoup d’ "émeraudes" qu'elle portait devaient être en fait des péridots, ceci puisque l'Egypte étaient un des principaux fournisseurs de cette pierre fine.

    Le péridot, ressemblant à bien d’autres pierres vertes, Pline l’Ancien (23-79 après J.C.), écrivain et naturaliste romain, y perdit même son latin car celle qu’il nomma chrysolite dans ses écrits était en fait de la topaze.

    Le nom chrysolite vient du latin (chrysolithus) et du grec (khrusolithos) qui pourrait se traduire par "pierre d’or". Cette appellation apparaît déjà en 1121 dans un écrit de Philippe de Taon (naissance inconnue-1135), moine et poète anglo-saxon. Dans son "Lapidaire", il décrit les douze gemmes du Pectoral d’Aaron mentionné dans la Bible en citant la "crisolite". Ce n’est qu’un peu plus tard, en 1155, qu’Hildegarde von Bingen (1098-1179), religieuse allemande, décrit les vertus du minéral dans son "Physica".

    En ce qui concerne l’appellation olivine, elle provient de la couleur du fruit qui rappelle ce nom. Ce fut Abraham Gottlob Werner (1749-1817), minéralogiste et géologue allemand, qui la nomma ainsi en 1790.

    Pour le nom "péridot", il y a plusieurs théories. Une première explique qu’il proviendrait du mot arabe "faridat" qui veut dire "pierre précieuse/gemme ou encore perles". Ce mot lui-même viendrait par déformation du mot latin "paederos" pris par Pline l’Ancien pour décrire les opales. Il est à préciser que pour le mot péridot, il y a eu toute une série de noms par altération tant en français qu’en anglais comme par exemple peridod, peritot , pelidod et pilidod.
    C’est en 1755 qu’Antoine Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765), naturaliste, collectionneur et historien d’art français, donna l’appellation péridot à la pierre dans son ouvrage "L'histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, l'oryctologie, qui traite des terres, des pierres, des métaux, des minéraux et autres fossiles". Il écrit "Le péridot ordinairement vert, est quelque fois jaunâtre. Il est plus dur que l’émeraude et très aisé à tailler. Sa nature grasse empêche de le polir parfaitement si on n’y admet de l’huile de souffre : Cette pierre dont on trouve de grands morceaux, est si peu estimée, que les lapidaires disent proverbialement du péridot, qui en a 2 en a trop. Il s’en trouve quelquefois d’oriental qui est très dur, et qu’on doit regarder comme une émeraude manquée. "

    Durant l’Antiquité le gisement le plus important se trouvait en Egypte sur l’ile volcanique de Zabargad (appelée encore Topazos ou l’île du Serpent et aujourd’hui l’île de Saint-Jean) située dans la mer Rouge,  au large de la ville portuaire de Bérénice. Les roches qui composent cette île volcanique sont principalement des péridotites, riches en olivine, que les Egyptiens prenaient à tort pour de la topaze ou de l’émeraude. Cet endroit est réputé depuis plus de 3500 ans pour ses gisements. Plus tard, ce sont les Croisés qui emportèrent le péridot en Europe. Le minéral était alors nommé "émeraude des Croisés" ou "pierre des chevaliers". Elle était largement utilisée au Moyen-Age pour embellir les ornements religieux ou objets de culte et les hommes de cette époque se trompaient également sur le minéral. Pendant des siècles ils crurent posséder des émeraudes qui faisaient partie de trésors d’églises alors qu’il s’agissait de péridots, comme c’est le cas par exemple du reliquaire des Trois Rois Sacrés (les 3 Rois Mages) se trouvant à la cathédrale de Cologne en Allemagne. Encore très appréciées durant l’époque baroque, le péridot perdit de son attrait après le retour d’Amérique des conquistadors, les poches pleines d’émeraudes, des vraies cette fois.

    Le péridot étant connu depuis toujours, des croyances y sont associées. Les anciens supposaient que la pierre avait été éjectée sur Terre lors de l’explosion d’un soleil et qu’elle portait son pouvoir de guérison. Il était dit que si les potions médicinales, avant d’être bues, étaient versées dans des récipients en péridot, ces remèdes étaient plus efficaces. D’autres expliquaient qu’il faut sertir la pierre avec de l’or pour qu’elle puisse offrir toutes ses vertus. Pline l’Ancien lui ajoutait que sa "magie la plus forte" se produisait si elle était portée au bras droit. A Hawaï, du péridot se trouve dans le sable des plages de l'île d'Oahu. Ce sont de minuscules petits grains qui ne peuvent être utilisés en bijouterie/joaillerie. Une légende hawaïenne raconte qu’il s’agit des larmes de la déesse du feu de l’éclair, du vent et des volcans qui se nomme Pelé. C’est elle qui a façonné les îles hawaïennes et lorsque la lave s’écoule elle en pleure des "diamants".

    Transparente à translucide, la couleur du péridot va du vert léger à intense, vert jaunâtre, vert olive, noir verdâtre, brun rougeâtre. Cette dernière teinte sera signe d’une altération de la pierre par oxydation du fer. Notons encore que dans des cas très rares, des inclusions peuvent créer un effet de chatoyance (oeil de chat) ou d’astérisme, ce qui provoquera alors une étoile à quatre branches. Il est encore important d’indiquer que le vert de la pierre provient du fer et du magnésium qu’elle contient. Le péridot vert clair peut aussi contenir un peu de chrome. Il existe encore un péridot de couleur blanche, extrêmement rare qui se nomme boltonite.

    Les gisements principaux de ce silicate de magnésium de fer se situent aujourd’hui aux USA, Mexique, Brésil, Australie, Chine, Egypte, Kenya, Afrique du Sud, Tanzanie, Myanmar, Cachemire, Ski Lanka, Arabie Saoudite et Norvège.

    Il faut ajouter que des cristaux de péridot ont été retrouvés dans des météorites dites pallasites. Ces corps célestes proviennent de la ceinture d’astéroïde qui se trouve entre les planètes Mars et Jupiter. Il n’est donc pas non plus surprenant que le minéral a également été découvert sur la surface de la planète rouge.

    L'olivine  (minéralogique voir tout en haut) en général est un minéral très abondant, mais le péridot de qualité gemme est plutôt rare. Les gros cristaux (forstérite) qui est la variété la plus souvent utilisée pour tailler les péridots, sont rares

    La plus grosse pierre taillée de péridot est un spécimen de 310 carats (62 g) conservé au Smithsonian Museum de Washington aux Etats-Unis.

    Dureté de Mohs : 6.5 - 7

    Les noces de péridot symbolisent 16 ans de mariage. 

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Lumière solaire.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    Purificateur du corps, le péridot favorise tout le système digestif en soutenant le foie et la vésicule biliaire. Équilibrant tout le système glandulaire (endocrinien), il stimule particulièrement les glandes surrénales et fortifie aussi tout le système cardio-vasculaire. Le péridot est aussi connu également pour accompagner les femmes lors des accouchements en les aidants lors des contractions. Placée sous l’oreiller, la pierre à des effets calmants qui permettent d’avoir un sommeil paisible.

    Pierre de gaieté, le péridot nous apporte la paix et la joie en nettoyant et guérissant les états émotionnels tels que l'irritation, la colère, la jalousie, l’amertume ou encore la culpabilité qui peuvent provenir de sentiments blessés et d’ "ego meurtris". Il permet encore d’ouvrir son cœur en renforçant la confiance en soi et nous pousse à aller de l’avant. Protecteur également, il sauvegarde des influences négatives extérieures.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Silicium, magnésium, fer.

    Chakra(s) associé(s) : Plexus solaire (3ème), Coeur (4ème).

     

    Mon expérience perso (dormir avec une pierre) : Sommeil calme et profond. En lâchant la pierre durant la nuit, elle est venue naturellement se positionner près du chakra du Coeur.

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Mes Sources

    © 2018 Les Joyaux de Cybele


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires