• Rhodochrosite

    Rhodochrosite (anciennement dialogite,
    nommée aussi rose des Incas)
     

    Le nom de cette pierre vient du grec ancien "r(h)odo" (rose) et "kroma" (couleur).

    Ce minéral aurait été découvert au 13ème siècle, durant l’histoire précolombienne de l’Argentine. C’est au nord-ouest de ce pays, faisant autrefois partie de l’Empire Inca (ou Tahuantinsuyo), que la fameuse pierre rose fut découverte, dans des mines de cuivre et d’argent, durant le règne de l’Inca Ripac (ou Viracocha).  A la chute de cette civilisation, les mines furent abandonnées et la rhodochrosite tomba dans l’oubli.

    Les mines furent retrouvées bien plus tard, au 18ème siècle et la pierre refait alors son apparition. Appelée tout d’abord manganèse oxydé carbonaté par l’Abbé René Just Haüy (1743-1822) en 1806, dans son "Tableau méthodique des espèces minérales". Elle fut ensuite décrite et renommée rhodochrosite en 1813 par Johann Friedrich Ludwig Hausmann (1782-1859), minéralogiste allemand et c’est cette description qui depuis fait référence. L'IMA (International Mineralogical Association) a aprouvé le nom de ce minéral.

    Entre 1871 et 1874, Alfred Stelzner (1840-1895), géologue et minéralogiste allemand, travailla pour l’Académie des Sciences de Cordoba (ville du nord de l’Argentine). Il fut le premier à faire mention de l’existence de la pierre dans des mines de la Sierra Capillitas, le long du Nevado de Aconquija, dans la province de Catamarca, située également dans le nord argentin, à 3200 mètres d’altitude. En 1876, il publia d’ailleurs ses recherches dans un ouvrage (Beitrage zur geologie und palaeontologie der Argentinischen Republik). 

    En juin 1934, Franz Mansfeld, ressortissant allemand (sans autre détail sur ce personnage), découvre des morceaux de rhodochrosite au Musée de la Plata à Buenos Aires et réussit à obtenir un échantillon qu’il fait polir. De retour en Europe, il fait part de sa découverte au British Museum à Londres. Réalisant que ce minéral est rare, il décide de retourner en Argentine en 1937. Prospectant dans la province de Catamarca, il découvre une tombe Inca contenant des bijoux en rhodochrosite. Il surnomme alors la pierre Rosa del Inca. Au bout de quelques mois, il réussit à obtenir plusieurs tonnes de ce minéral et il met en place un atelier de coupe et de polissage. Fin août 1938, il expose divers objets sculptés et polis à la Foire Internationale de Leipzig, en Allemagne et ses bibelots attirent une foule admirative. Grace à Mansfeld, la rhodochrosite fut connue du monde entier.

    Selon la légende inca, sur les rives du lac Titicaca, se trouvait le temple Ajllas dans lequel vivaient les prêtresses d’Inti (Dieu du soleil) et personne n’avait le droit de s’approcher de ce lieu saint.

    Un jour, attisé par la curiosité, un guerrier du nom de Canqui Tupac osa franchir le lac sacré et gravi les hautes falaises qui protégeaient le temple. Il se retrouva alors devant la belle Nusta Ajlla et ils tombèrent éperdument amoureux l’un de l’autre. Mais les lois de l’Empire étaient très dures, leur amour était interdit. N’écoutant que leurs cœurs, ils fuirent vers le sud. L’Empereur Inca fou de colère arma son peuple et ordonna à ses guerriers de retrouver les deux amants. Le couple réussi à fuir si loin qu’ils purent vivre leur amour. Mais quand la loi Inca n’atteint pas les coupables,  la magie des sorciers prend le relai. Canqui Tupac et Nusta Ajlla vécurent de longues années et eurent de nombreux enfants. Un jour alors qu'elle était très âgée, Nusta mourut et fut enterrée au sommet d’une montagne voisine. Canqui avait perdu son amour à jamais. Le soir venu il se coucha pour dormir et son corps fut transformé en pierre. La vie repris son cours et un berger passa près de la tombe de Nusta Ajlla. Sa surprise fut de taille en constatant que les pierres s’étaient transformées en pétales de sang, tels des roses. Le berger en ramassa une et l’apporta à l’Empereur Inca. Emu par ce signe, il pardonna aux martyrs de l’amour. Depuis, la pierre fut appelée Rosa del Inca et représente le pardon, la loyauté, le sacrifice et symbolise l’amour vrai.

    Cette légende perdure, les indiens des Andes pensant toujours que cette pierre vient du sang leurs ancêtres.

    Opaque à translucide, parfois transparente, la couleur de le rhodochrosite va du blanc au rose pâle, connait différentes teintes de roses au rouge très vif parfois même violacé. On trouve encore des teintes orangées à brunes tirant même vers le noir.

    Assez rare, la rhodochrosite est un carbonate de manganèse. C’est ce dernier élément qui lui donne sa couleur si particulière. Ses gîtes principaux se trouvent dans des veines hydrothermales ou des mines d’argent, de cuivre, de plomb ou de zinc. Les gisements les plus connus sont aux Etats-Unis (Colorado), en Afrique du Sud, en Roumanie et en Argentine.

    Dureté de Mohs : 3.3 à 3.7

    La rhodochrosite est utilisée à des fins ornementales ou dans la joaillerie.

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Lumière solaire ou amas de cristal.

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    La rhodochrosite est la pierre d’Amour et d’Equilibre par excellence. Elle ouvre le cœur, rend joyeux et encourage à une attitude positive. Apaisante, elle allège le stress.

    Soulage lors de migraines, elle stabilise le rythme cardiaque  et la pression sanguine. Elle apporte encore son aide lors de troubles dermatologiques et améliore la vision.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Manganèse.

    Chakra(s) associé(s) : Coeur (4ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © Les Joyaux de Cybele 2014


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :