• Septaria

    Septaria
    septaria

    La septaria est une pierre méconnue mais malgré tout assez courante. Il est à noter que la/le septaria n’est pas reconnue par l’IMA (International Mineralogical Association).

    Le nom de cette pierre vient du latin « saeptum » qui veut dire « enceinte, cloison », ceci en référence sans doute aux motifs qui la distingue. Ce nom aurait été donné par des minéralogistes anglais, selon le « Dictionnaire des Sciences Naturelles » rédigé par plusieurs professeurs au Jardin du Roi et des principales Ecoles de Paris. Dans cet ouvrage du 19ème siècle, il est expliqué que l’ancien nom du (ou de la) septaria est le ludus helmondii ou encore helmontite (noms qui ne sont plus utilisés).

    La septaria est surtout connue pour son utilisation dans la fabrication du ciment dit romain, breveté en 1796 par James Parker, ecclésiastique anglais. Comme souvent, cette invention fut découverte accidentellement. En visitant l’île de Sheppey, située au sud-est de l’Angleterre dans l’estuaire de la Tamise, Parker ramasse 2-3 concrétions (ou nodules) trouvées sur la plage, le long des hautes falaises sur le côté nord de l’île. Arrivé chez lui, il les jeta dans le feu de la cheminée de son salon où il les retrouva quelques heures plus tard. Il les récupéra et très inventifs, après quelques expériences, découvrit un procédé pour fabriquer un ciment solide et durable. Ce ciment romain a été très utilisé dans de nombreuses constructions au 19ème siècle.

    Aux antipodes de l’Angeterre, une légende maorie explique la présence de très grandes concrétions se trouvant sur Koekohe Beach en Nouvelle-Zélande. L’Arai-te-uru, grande pirogue à voile venue de Hawaiki (île mythique où les peuples de Polynésie situent leur origine) aurait fait naufrage près de cet endroit. Le récif qui s’étend aujourd’hui dans la mer serait la coque pétrifiée de l’embarcation et éparpillées long de la plage, les concrétions représentent les paniers et autres calebasses transportées sur la pirogue.

    La/le septaria est une concrétion concentrique formée de différents composants autour d’un animal marin ou d’un tout autre noyau. Ce minéral s’est formé durant le Crétacé et le Paléogène (périodes géologiques), il y a 50 à 70 millions d’années. Les éruptions volcaniques ont anéanti la vie en mer et les mollusques et autres animaux ont coulé sur les fonds marins. Ceux-ci se sont décomposés et ont été recouvert de sédiments en formant des boules. Les océans et mers étaient bien plus hauts qu’aujourd’hui. Lorsque les eaux se sont retirées, ces boules se sont solidifiées et en s’asséchant l’intérieur des concrétions se sont alors craquelés. Au fil des millénaires, les mers et océans ont à nouveau recouvert les terres et les fissures des septarias se sont remplies une première fois de minéraux (principalement de la calcite provenant de coquillages décomposés). Puis les eaux se sont à nouveau retirées, provoquant un nouvel assèchement des concrétions et avec le temps d’autres minéraux se sont infiltrés dans ces nouvelles fissures.

    En fonction de la région d’où elles proviennent, les concrétions diffèrent dans leurs compositions et leurs couleurs. La/le  septaria est composée principalement de calcite, d’aragonite, de calcédoine, de bentonite et de baryte. Elle peut aussi contenir du calcaire ou de la dolomite. Certaines concrétions peuvent, elles, contenir un minéral extrêmement rare, la whewellite. Il s’agit d’un minéral organique comme l’ambre, formé par l’oxydation de matière physiologique. Opaque à translucide, la/le septaria va du noir au gris, blanc à beige, du brun au vert, jaune, orange et rouge.

    Les gisements se trouvent dans des roches sédimentaires. Les origines principales sont Madagascar, les USA, le Maroc, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, mais la septaria se trouve dans de nombreux pays comme la France.

    La/le septaria est parfois aussi appelée pierre du dragon. Ce nom est bien sûr purement commercial.

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Soleil, amas de cristal (druse).

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    En fonction des minéraux qui la composent, la septaria a différentes propriétés (voir pages concernées).

    Pierres d’ancrage, elle apporte harmonie et volonté. Favorise le calme émotionnel, améliore et entretien la communication.

    Excellente pour les dents, les os, les muscles et les reins.

     

    Macro/oligo élément(s) : Etant donné que cette pierre est formée de plusieurs minéraux, sa composition chimique peut différer selon son origine.

    Chakra(s) associé(s) :  Racine (1er), Plexus Solaire (3ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © Les Joyaux de Cybele 2014


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :