• Staurolite

    Staurolite, staurotide, croix des fées,

    croix/croisette de Bretagne)

     staurotide

     

    Extrait d'une vieille Gwerz Bretonne : "Notre Seigneur pour sa gloire, fit tomber sur la terre des pierres rousses qui firent savoir que c'était Jésus qu'on y priait".

    Du grec "stauros" (croix), elle se présente sous la forme de prismes, souvent maclés en croix. La croix de saint André est la forme la plus fréquente. Cette pierre est aussi appelée croisette de Bretagne ou encore croix des fées. D’après une légende, ces pierres auraient été formées par les larmes versées par les fées à l'annonce de la mort du Christ. Autrefois, elles étaient utilisées durant les baptêmes religieux.

    Une autre légende raconte qu’au Moyen-Age, se dressait à Coadry en-Scaër, un temple païen. Ce temple tomba dans l’oubli lors de l’évangélisation de cette région, à tel point que ses ruines disparurent sous un manteau de ronces. Le seigneur du pays de ce temps-là, le Comte de Trévalot, se fit assiéger dans son château par son cruel et perfide rival, le seigneur de Coatforn, seigneur du village voisin. Désemparé et sentant sa dernière heure arriver, le Comte de Trévalot, pieux chrétien, s’en remis à Dieu. Il fit le serment qu’en cas de victoire il ferait élever une chapelle à la gloire du Christ. Vainqueur, il voulut tenir sa promesse. Se demandant où construire la chapelle, il convoqua ses conseillers qui n’osèrent se prononcer. Il fut alors décidé de s’en remettre au Jugement de Dieu. Un char, attelé de bœufs, fut rempli de pierres. Personne ne guida l’attelage et les animaux errèrent puis s’arrêtèrent enfin, près des ruines de l’ancien temple païen de Coadry. Dès le lendemain, les hommes se rendant sur les lieux pour commencer la construction constatèrent que les ronces avaient fait place à un jardin magnifique et que près des anciennes fondations, une source avait jailli. Ces eaux miraculeuses guériront par la suite les malades qui se rendaient à Coadry. Quelques siècles plus tard, une cruelle disette se fit sentir dans le pays. Les pélerins en furent rendus responsables et la chapelle de Coadry fut brûlée. Après l’incendie, un énorme orage éclata et une pluie de pierres s’abattit sur le sol. Ces pierres en formes de croix, clous et couronnes rappelaient ainsi aux hommes que cette chapelle avait été bâtie en mémoire du Christ. Le message de Dieu fut entendu et ces pierres furent ramassées, servant de talismans. Le plus étrange, elles se ramassent encore de nos jours.

    Difficile de connaître le début de l’utilisation de cette pierre. Par contre, Jean-Claude Delamétherie (ou de La Métherie ou de Lamétherie, 1743-1817), naturaliste, minéralogiste et géologue français en fit une description détaillée dans un de ses ouvrages en 1792. Le nom de ce minéral a été validé par l'IMA (International Mineralogical Association).

    De couleur rouge à brun, la staurotide (ou staurolite) fait partie des nésosilicates (famille des silicates). Cette pierre est un minéral fréquemment associé à la cyanite et au grenat. On la trouve dans les sables alluvionnaires.

    La staurotide se présente sous différentes formes selon son origine. Elle se trouve aux Etat-Unis, en Suisse et en France (très abondante en Bretagne, dans le Finistère et le Morbihan).

    Dureté de Mohs : 7 à 8

     

    Purification : Eau, sel.

    Rechargement : Soleil ou amas de cristal (druse)

    Programmation : Pierre programmable dans la limite de ses propriétés.

     

    La staurotide (ou staurolite) est une pierre de centrage et d’ancrage à la Terre. Elle nous rattache à nos fondements. Son énergie est très puissante mais très douce à la fois. Donnant de la volonté, elle nous enseigne également d’économiser notre énergie afin d’éviter l’épuisement. C’est un antistress formidable.

    Excellente pierre de protection, elle protège la personne ou le lieu où elle se trouve, c’est une pierre porte-bonheur. Fertilisant la terre, elle est également très appréciée par les plantes.

     

    Macro/oligo-élément(s) : Fer, aluminium.

    Chakra(s) associé(s) :  Racine/Base (1er), Coeur (4ème).

     

    Mise en garde : La lithothérapie ne doit en aucun cas être substituée à un traitement médical prescrit. Elle ne doit agir qu'en renforcement de ce traitement.

     

    Sources : Net

    © Les Joyaux de Cybele 2014


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :